Accueil Artistes Ateliers Expositions Conférences Actualités Rencontres Internationales nous contacter

Les conférences sont organisées par Jean Girod et Dario Pellegrini

Gauguin en Polynésie

 Ciné Palace jeudi 11 octobre 19 h

 -Saint  Rémy de Provence

Par Caroline Boyle-Turner,

Historienne d’art

Historienne d’art indépendante, Caroline Boyle-Turner est spécialiste de l‘œuvre de Gauguin et l’École de Pont-Aven et présidente du Comité Paul Sérusier.  Elle a écrit huit livres et a participé à plusieurs expositions sur Gauguin, Sérusier, Verkade et Meijer de Haan aux musées de Pont-Aven, de Quimper, le Musée van Gogh, au MOMA de New York, parmi d’autres.  Elle est diplômée en histoire de l’art de Columbia University à New York et fut professeur universitaire aux USA et à Paris. En 1993, elle fondait une école de beaux-arts à Pont-Aven, The Pont-Aven School of Contemporary Art,  avec pour  but d’inciter des artistes contemporains du monde entier à revenir en Bretagne pour répondre au défi de Gauguin de «tout oser ».  Caroline vit à  Pont-Aven, mais elle voyage souvent en Polynésie, où depuis 1999, elle fait de la recherche sur Gauguin et les Marquises.  Son livre, « Paul Gauguin & les Marquises : paradis trouvé ? » et l’édition en anglais « Paul Gauguin & the Marquesas : Paradise Found? » a été publié par (Éditions Vagamundo) en aout, 2016.


     Picasso, de Biarritz à Saint Raphaël





   Par Jean-François Larralde

   Historien d’art, écrivain

   Jeudi 22 novembre -19 h

   Au Ciné Palace - Saint Rémy





Picasso découvre la plage chic de Biarritz à l'été 1918, à l'écart de la guerre, inaugurant un nouveau départ dans ses loisirs lié à la nouvelle mode des bains de mer au soleil pendant les vacances d'été, passant de l'Atlantique à la Méditerranée sur les plages de Saint Raphaël (1919),Juan-les-Pins (1920), La Garoupe du cap d'Antibes (1923), Golf-Juan et les plages de Cannes.

Pendant l'été 1918, répondant à l'invitation de son amie et mécène Eugenia Errazuriz, d'origine chilienne,qui collectionne ses œuvres de la période cubiste, Picasso découvrit la plage chic de Biarritz à l'écart de la guerre, lors de sa lune de miel avec Olga Kokhlova, danseuse des Ballets Russesde Diaghilev.

A la Mimoseraie, la villa d'Eugenia, Picasso exécute de splendides portraits de Madame GeorgesWildenstein , de Paul Rosenberg, son nouveau marchand et de Madame Errazuriz, assise dans un fauteuil, esquisse rapide , pleine de vie et de charme.

Le double « Portrait de Madame Paul Rosenberg et sa fille est une œuvre de commande dont les références directes à la tradition picturale comme au genre de portrait traduisent l'intention de l'artiste de brosser un "grand portrait".

Ce portrait néoclassique est immédiatement l'enjeu de disputes passionnées entre cubistes et anti-cubistes.

Dans l'enthousiasme de sa découverte des baigneuses sur les plages, Picasso réalise Les Baigneuses",

le tableau le plus connu parmi toutes les œuvres peintes par  lui à Biarritz..

Cette peinture merveilleusement poétique,candide,  cette vision onirique de Biarritz est une

des œuvres maîtresses de sa période classicisante .La toile  montre trois baigneuses sur la plage..

Le peintre y pousse à leur comble les distorsions et disproportions entrevues dans le dessin

 préparatoire à la mine de plomb dont la délicatesse du trait,la subtilité des mouvements des baigneuses et la distribution de l'espace en font un chef-d'œuvre classique de l'art graphique.

 Picasso peint  les murs de grandes  allégories féminines, de Bacchantes et le plafond d'étoiles d'une chambre de la Mimoseraie. C'est une conception mythologique de la peinture préoccupée de plein air et de jeux dans une atmosphère intemporelle d'indéfinissables langueurs.

L'artiste reproduit sur un mur le texte du premier quatrain du poème "Les Saisons"de son ami Guillaume Apollinaire qui, en juillet 1918, est son témoin de mariage, à Paris.
Picasso exécute d'admirables croquis représentant de jeunes femmes séduisantes et fortunées qui sont des amies d'Eugenia Errazuriz et dans lesquels se retrouve l'élégance néoclassique.
Avant son départ de Biarritz pour Paris,fin septembre1918, Picasso offre à son hôtesse un ensemble de 24 dessins exécutés par lui à La Mimoseraie.

L'historien d'art et collectionneur anglais Douglas Cooper, les réunit, en 1976,  avec les portraits d'Eugenia, dans un album portant le titre de " Pour Eugenia".